Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nulla dies sin linea

Recherche

Vivre ou rêver sa vie...

Vous êtes sur un blog d'écriture qui a connu plusieurs mutations. Ce blog suit ma route depuis de nombreuses années désormais, perdant ou gagnant du contenu au gré des vents et de ma météo intérieure.

Cette route me plait, son paysage est plutot sympathique, parfois surprenant, burlesque ou inatendu, mais toujours intéressant, enrichissant à mes yeux.

Mi 2010 la route a biffurqué en angle droit, changeant brusquement d'orientation, de paysage et de destination. Le nouveau décor est si riche que je lui dois toute mon attention. Cela implique moins de temps pour écrire ici, faisant mentir en ligne ma devise "Nulla Dies Sin Linea".

Presque 5 années ont passées. Une pause dans laquelle j'ai vécu tout plein de belles choses qui, si elle m'ont enrichie, m'ont éloignée de l'écriture. Aujourd'hui j'ai d'autres priorités : Ririe (née en 2012), Fifi (né en 2013) et Loulou (né en 2015)... sans oublier leur géniteur "l'homme".
Mais l'envie est toujours là, alors pourquoi ne pas reprendre un peu le voyage ? Je ne promets pas de faire du quotidien, juste d'essayer de reprendre mon carnet de croquis... peut être un peu différemment ?

Cordialement,

CMASC,
aka Sylvia George

Archives

Cmasc, portraits croqués

Photo, peinture ou dessin, les portraits m'intéressent depuis longtemps. 
Que sait-on d'un personnage, face à son image ?
Que disent les lignes ?
Que cachent-elles ?

Je vous propose une expérience : chaque jour, à heure fixe, apparaît un nouvel article, portrait d'une personne réelle ou rêvée.  
Découvrez portraits croqués différement, par les mots plutôt que par les images. Acceptez cette invitation à un voyage dans l'imaginaire. 
Et profitez bien du paysage... 

7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 16:00

 

Un vélo
Pas de cerveau
Un baladeur
Pas de bonne heure

 

 

Il a seize ans. Ce sont les vacances. La semaine dernière il était au ski en colo. Il est sorti avec un canon, Zoé. Il a pu la peloter et tout et tout. Du moins, c’est ce qu’il va raconter aux copains. Quand ils seront rentrés. Parce que, fait chier, ils sont tous au ski, coincés à la campagne ou ailleurs.

Alors il est seul et s’ennuie.

Hier soir, un appel de Matt l’a ramené parmi les vivants. Son pote est de retour, il a même du teuch. Alors aujourd’hui il s’est levé tôt pour aller le voir. Sa mère était déjà partie cependant. Il s’est fringué, à becqueter et est partit, sur son vélo.

Zach n’aime pas faire le détour par la grande avenue. Tellement plus cool de passer à contresens sur le trottoir de l’avenue de la gare. Sauf qu’il y a cette connasse là, avec son mp3, qui marche pas droit. Il essaie de la doubler par la gauche. Pas la place. Par la droite non plus. Il finit par s’amuser à la suivre, quinze centimètres derrière ses pieds. Elle ne sent pas sa présence. Marrant.

Comme elle ralentit d’un coup, il n’a pas le temps de freiner et sa roue effleure la botte de la pouff. Elle se retourne, regard mauvais et l’invective.

Il fait semblant de ne pas comprendre ce qu’elle dit à propos des vélos roulants sur les trottoirs à contresens des sens interdits. « tu sais pas marcher, lui répète-t-il, apprends à marcher. ». Un dialogue de sourd comme il les aime. La bonne femme s’énerve de plus en plus et ça l’éclate. Elle le vouvoie et il sent tout le méprit dans son ton hautain. Comme il lui redis une fois de plus « t’as qu’a marcher droit », elle le traite de petit con.

Comment peut-elle ne pas se rendre compte de l’érotisme de cette phrase énervée « vous êtes vraiment qu’un petit con ! » ?

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents

Problème ancilaire

Si une bonne âme peut me donner la technique pour réduire la taille de la colonne de droite d'un blog overblog à 3 colonnes, j'aprécierais grandement... (contact via le formulaire ou les commentaires aux articles)

sinon...