Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nulla dies sin linea

Recherche

Vivre ou rêver sa vie...

Vous êtes sur un blog d'écriture qui a connu plusieurs mutations. Ce blog suit ma route depuis de nombreuses années désormais, perdant ou gagnant du contenu au gré des vents et de ma météo intérieure.

Cette route me plait, son paysage est plutot sympathique, parfois surprenant, burlesque ou inatendu, mais toujours intéressant, enrichissant à mes yeux.

Mi 2010 la route a biffurqué en angle droit, changeant brusquement d'orientation, de paysage et de destination. Le nouveau décor est si riche que je lui dois toute mon attention. Cela implique moins de temps pour écrire ici, faisant mentir en ligne ma devise "Nulla Dies Sin Linea".

Presque 5 années ont passées. Une pause dans laquelle j'ai vécu tout plein de belles choses qui, si elle m'ont enrichie, m'ont éloignée de l'écriture. Aujourd'hui j'ai d'autres priorités : Ririe (née en 2012), Fifi (né en 2013) et Loulou (né en 2015)... sans oublier leur géniteur "l'homme".
Mais l'envie est toujours là, alors pourquoi ne pas reprendre un peu le voyage ? Je ne promets pas de faire du quotidien, juste d'essayer de reprendre mon carnet de croquis... peut être un peu différemment ?

Cordialement,

CMASC,
aka Sylvia George

Archives

Cmasc, portraits croqués

Photo, peinture ou dessin, les portraits m'intéressent depuis longtemps. 
Que sait-on d'un personnage, face à son image ?
Que disent les lignes ?
Que cachent-elles ?

Je vous propose une expérience : chaque jour, à heure fixe, apparaît un nouvel article, portrait d'une personne réelle ou rêvée.  
Découvrez portraits croqués différement, par les mots plutôt que par les images. Acceptez cette invitation à un voyage dans l'imaginaire. 
Et profitez bien du paysage... 

23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 08:00

« et voilà »

Je suis bien installée dans mon transat. Je regarde ma mère qui me sourit. Je baille. Devant moi, les clés. Je les regarde, tend la main vers elles… les attrappe, tire et elle viennent, chouette.
Avec mes deux mains, je récupère la violette que je mets dans ma bouche avec un petit cri satisfait.

« Ca va ma chérie ? »

Grand sourire à Maman !
Ben oui, ça va. Je secoue les clés en plastiques. Cela fait du bruit et j’aime cela. Je secoue, secoue et oups… les clé s’envolent, tombe au bas de mon fauteuil.

Mince. Que faire ?

Ma Mère rit, semble se moquer de moi. Alors je feins la colère et la tristesse pour qu’elle me prenne dans ses bras.

 

cles.jpg

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2012 6 21 /07 /juillet /2012 08:00

Heloise-light.jpg

"Heureux comme le regard de mon enfant vers son père"

 

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2012 5 20 /07 /juillet /2012 08:00

6rnxy1fd.jpg

"Comment ai-je pu vivre sans toi jusqu'ici ?"

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 08:00

 

pied nu

mocassin2J'ai eu une paire de mocassins, le genre de truc inusable que l'on peut porter avec toute sa garde robe. Eté  ou hiver, je les ai portées très longtemps. Elles correspondaient tellement à l'image de la chaussure pafaite que je pensais avoir trouvé mon style.

Un jour je les ai regardées différement. Malgré les chaussettes je transpirais, tout en ayant froid. mon pied était si serré que j'avais les ongles qui poussaient incarnés. Parfois je préferais rester assise chez moi plutot que de devoir faire quelques pas.

Alors je me suis demandées ce qu'elles foutaient à mes pieds, et je les ai enlevées.

Pendant longtemps je n'ai plus portées quetong des claquettes. elles m'allaient bien, j'avais les pieds à l'air. Pas d'ampoules ni de cors, toujours de l'air, jamais trop chaud. Après la pluie, les pieds séchaient en quelques instants, au gré du vent. la marche sans contrainte.

 Mais un jour par hasard, j'ai rencontré une nouvelle paire de chaussures. Ce n'était pas des mocassin s, ni des tongs, mais des bottes. De simples bottes de bateau, bleu avec des bandes blanches.
bottedJe n'avais jamais portées de bottes jusque là.
Je n'avais même jamais eu l'idées d'en essayer.
Elles étaient
là, au milieu du magasin... semblaient me regarder.

Alors je les ai essayées.

Jamais une paire de souliers ne m'avait chaussée comme cela. elle m'enveloppait, me tenait au chaud et à l'abri des embruns. Mon pied était calé sans être serré. Toujours chez le marchand, je n'ai pas voulu les ôter. Alors j'ai payé ma paire de bottes j'ai laissé sa boite et la paire de savattes à la caissière du magasin.

Et je suis partie vivre à la mer.


bottes2

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 12:04

no_day_without_a_line.jpg

 

L'écrivain rêve d'écrire,

"ce qui ne se fait sans décrire",

s'écrit-il !

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 16:00

 

Hector-Berlioz-1863.jpg

 

"La chance d'avoir du talent ne suffit pas.
Il faut encore avoir le talent d'avoir de la chance"

 

Hector Berlioz
1803-1869

 

 

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 16:00

montres-molles.jpgDali, les montres molles

 

- Seulement … ou déjà ?

- Déjà ... et seulement !

 

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2010 4 08 /07 /juillet /2010 16:00

 

Parler de "nous" à la place du "je" est le plus significatif des changements anodins qu'induit la vision d'un avenir à deux.

SG/CMASC

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2010 3 07 /07 /juillet /2010 16:00

The-game 

"Le jeu"

© TomaBw 2009

Le jeu de l’amour a un discours insipide
Muni de lois procréées par un esprit rigide
Être à deux fait de vous un humain intrépide
Et vouloir s’engager est le lot du stupide.

 

Homme faible, regardes moi bien dans les yeux
Tenter de t’échapper est un stupide vœu pieux
Désormais prisonnier de mon bon vouloir
Ton esprit est à moi : tu es en mon pouvoir

 

Se donner à quelqu’un revient à lâcher prise
Abandonner sa liberté, perdre maîtrise
Sur sa vie, accepter de lui laisser main mise
Tout donner à l’être dont on s’est éprise

 

Se défaire enfin de sa singularité
Pour la métamorphoser en dualité
Détruire, oui, mais construire l’avenir
Utiliser à deux les cartes pour s’en sortir

 

 
Texte en collaboration avec de-l-image-aux-mots.over-blog.fr Pour en savoir plus sur le projet de TomaBW c'est par (cliquer sur lien)

Partager cet article
Repost0
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 16:00

 

Les bleux

 

Country offers 22 players soccer team with blue shirts. Price negociable if you take the coach along with them (please don´t ask for too much money, we still have the hotel to pay)

Pays offre équipe de 22 joueurs de foot équipés de maillot bleux. Le prix est négociable si vous prenez aussi le coach mais, s'il vous plait, ne nous demandez pas trop cher, on a un hotel à firnir de payer.

 

 

Partager cet article
Repost0

Articles Récents

Problème ancilaire

Si une bonne âme peut me donner la technique pour réduire la taille de la colonne de droite d'un blog overblog à 3 colonnes, j'aprécierais grandement... (contact via le formulaire ou les commentaires aux articles)

sinon...