Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nulla dies sin linea

Recherche

Vivre ou rêver sa vie...

Vous êtes sur un blog d'écriture qui a connu plusieurs mutations. Ce blog suit ma route depuis de nombreuses années désormais, perdant ou gagnant du contenu au gré des vents et de ma météo intérieure.

Cette route me plait, son paysage est plutot sympathique, parfois surprenant, burlesque ou inatendu, mais toujours intéressant, enrichissant à mes yeux.

Mi 2010 la route a biffurqué en angle droit, changeant brusquement d'orientation, de paysage et de destination. Le nouveau décor est si riche que je lui dois toute mon attention. Cela implique moins de temps pour écrire ici, faisant mentir en ligne ma devise "Nulla Dies Sin Linea".

Presque 5 années ont passées. Une pause dans laquelle j'ai vécu tout plein de belles choses qui, si elle m'ont enrichie, m'ont éloignée de l'écriture. Aujourd'hui j'ai d'autres priorités : Ririe (née en 2012), Fifi (né en 2013) et Loulou (né en 2015)... sans oublier leur géniteur "l'homme".
Mais l'envie est toujours là, alors pourquoi ne pas reprendre un peu le voyage ? Je ne promets pas de faire du quotidien, juste d'essayer de reprendre mon carnet de croquis... peut être un peu différemment ?

Cordialement,

CMASC,
aka Sylvia George

Archives

Cmasc, portraits croqués

Photo, peinture ou dessin, les portraits m'intéressent depuis longtemps. 
Que sait-on d'un personnage, face à son image ?
Que disent les lignes ?
Que cachent-elles ?

Je vous propose une expérience : chaque jour, à heure fixe, apparaît un nouvel article, portrait d'une personne réelle ou rêvée.  
Découvrez portraits croqués différement, par les mots plutôt que par les images. Acceptez cette invitation à un voyage dans l'imaginaire. 
Et profitez bien du paysage... 

30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 16:00

 

"Le travail pense, la paresse songe."

 

Jules Renard (1864-1910)
Extrait de son Journal

 

Partager cet article
Repost0
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 16:00

 

"L'ignorance, la paresse et le vice sont de sûrs garants de la compétence d'un législateur."

 

Jonathan Swift (1667-1745)
Extrait de Les voyages de Gulliver

 

Partager cet article
Repost0
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 16:00

 

 

"De ce que les hommes médiocres sont souvent travailleurs et les intelligents souvent paresseux, on n'en peut pas conclure que le travail n'est pas pour l'esprit une meilleure discipline que la paresse."

 

 

Marcel Proust (1871-1922)
Extrait de Sur la lecture

 

Partager cet article
Repost0
27 mai 2010 4 27 /05 /mai /2010 16:00

 

«Vivre est ce qu'il y a de plus beau au monde, la plupart de gens existent, c'est tout.»

 

Oscar Wilde  (1854 - 1900)

Partager cet article
Repost0
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 16:00

 

 

 « Voilà un homme admirable, courageux, qui a toujours eu des couilles au cul... même quand ce n'étaient pas les siennes.»

 

 

Georges Clemenceau, (1841 -1929 ),
à propos du Maréchal Lyautey

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 16:00

 

bisou.jpg

 

A marseille, les jeunes sont fleurteur, et même s'aiment sur le bord de la mer, en maillot de bain. Ils s'aiment ! Sans se soucier des spectateurs qui se rincent l'oeil. N'ont-ils pas raison ?

Dans le train, deux amoureus se sont connus. A Montpellier, ils ne faisaient que de discuter dans le couloir. A Marignane, ils s'embrassèrent longuement sur la bouche. A Marseille, ils allèrent à l'hotel.


... Peut être se sont-ils mariés ensuite ?


P.A.C. - 1958


Partager cet article
Repost0
24 mai 2010 1 24 /05 /mai /2010 16:00


Un bruit, un bruit derrière lui, un bruit bizarre derrière lui, puis une langue affectueuse sur son oreille. Sébastien ne bouge plus. Il est paralysé. Il attend. Un souffle chaud dans son cou… Sébastien regarde sur le sol l’ombre de la chamelle qui est derrière lui…

- « Oh, mon amour ! » Dit-il en enlaçant l’animal, la serrant de toutes ses forces. La chamelle le regardait de ses yeux doux. N’y résistant plus, Sébastien l’embrassa langoureusement sur les babines.

Aussitôt, le jeune homme se transforma en chameau. Heureux, il partit avec sa belle au pays du soleil haut perché où ils se marièrent et eurent beaucoup de petits bébés chameaux.

 

Fin

 

Nota : écrit par N, S, H et C, en 1998. Ce conte est une coopération entre 4 étudiants s'ennuyant durant leurs cours d'amphithéatre.

Pour Info, à l'époque Shrek n'était pas nez

 

A lire, La Mécanique du cœur, roman de Mathias Malzieu Aussi connu sous le nom de "Dionysos"

 

Partager cet article
Repost0
23 mai 2010 7 23 /05 /mai /2010 16:00

 

 

Aveugle, brûlé et fatigué, il marcha sans arrêt pour enfin arriver à une oasis apparemment abandonnée. Normal, me direz-vous : il n’y avait plus qu’un seul palmier. Cela ferait au moins de l’ombre pour son visage. Il eut alors une vision. Enfin, des centaines de visions. Et de quoi, de quoi, de quoi, à votre avis ? Eh, oui : de bouteilles d’eau ! Était-il déjà guérit ? Il en était certain maintenant. Il retourna à son mirage pour voir si, quand même, il ne rêvait pas. On lui apportait de l’eau.

Attendez, on lui apportait ? Non ! Elle lui apportait de l’eau. Mince, ce n’était pas une solution, le désert.

- « BOUHOUHOUH ! » Sébastien pleurait.

Des mois passèrent mais, sans cesse, l’image de son amour l’accompagnait. Alors Sébastien décida de rentrer chez lui. Sur le chemin du retour, il s’arrêta dans un village en Tunisie. Il faisait chaud, les habitants dormaient. Il but au puits et décida de faire un vœu :

- « Je veux que la femme de ma vie m’apparaisse maintenant. »

 

La suite demain

Partager cet article
Repost0
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 16:00

 

Il visitait, mais il s’ennuyait ferme car il pensait à sa Belle.

Et alors, et alors, et alors ?

Eh, bien, il s’ennuyait quand même finalement. Il ne cessait de la voir partout : dès qu’une fille passait, il la regardait le cœur battant, espérant que ce soit elle… Plus le temps passait et plus Sébastien soupirait. Cet amour fou, cet amour impossible lui faisait du mal… Pourquoi elle ?

Parce que c’était la seule femme à qui il n'avait jamais parlé ?

Pour éloigner toutes ces visions, il se dit qu’il valait mieux s’éloigner des femmes. Sébastien quitta donc l’Espagne pour s’exiler au Sahara, loin de toute civilisation. Pour être sûr de rester seul, il marchait dans le désert la nuit et dormait, à moitié enfouie dans le sable, dès que le jour paraissait. Mais, malheureusement, Sébastien avait oublié ses lunettes et sa crème de protection UV. Après trois jours, sa peau n’en pouvait plus et ses yeux… Il ne pouvait plus les ouvrir.

La suite demain

Partager cet article
Repost0
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 16:00

 

 

Continuons. Sébastien (qui n’a rien à voir avec celui de l’histoire sans fin) décida de suivre les conseils de la psy. Il partit faire le tour du monde pour ainsi essayer d’oublier son "amour", devenant ainsi "l’homme qui habite loin de chez lui". Sébastien, qui habitait dans les Pyrénées (rapport à "Belle et …") commença par l’Espagne, avec son soleil, ses oranges, et sa chaleur.

la suite demain

Partager cet article
Repost0

Articles Récents

Problème ancilaire

Si une bonne âme peut me donner la technique pour réduire la taille de la colonne de droite d'un blog overblog à 3 colonnes, j'aprécierais grandement... (contact via le formulaire ou les commentaires aux articles)

sinon...